Comment survivre à une explosion ?

Par définition, une explosion se manifeste par un éclatement brutal qui va libérer une grande quantité d’énergie.

Générant une hausse de température, du gaz et de la lumière, cette réaction chimique violente peut être de cause naturelle (foudre), humaine (imprudence ou attentat) ou technologique.

Les explosions sont des phénomènes particulièrement ravageurs, c’est pourquoi il s’avère crucial de connaître les mesures de sécurité lorsqu’un incident survient.

L’explosion sans fumées toxiques

Une explosion est un phénomène d’éclatement violent avec projection de fragments qui, en se brisant, vont créer une onde de surpression, aussi appelée onde de choc.

C’est d’ailleurs cette réaction qui cause le plus de dégâts lors d’une explosion sans fumées nocives.

Les conséquences d’une explosion sans fumées

Pour ce type d’explosion, l’onde de choc est particulièrement destructrice. Ses effets seront d’autant plus importants si les personnes ou les biens s’approchent de l’épicentre.

Sur les hommes

Les températures élevées, les projectiles et l’onde de surpression peuvent entraîner des brûlures, des traumatismes ou des intoxications causant l’asphyxie, voire le décès.

Les victimes d’explosion sont souvent exposées à plusieurs types de risques :

  • Agressions thermiques (flammes, conduction) ou toxiques (inhalation des fumées),
  • Agressions traumatiques (suite à un effondrement, accident durant la fuite ou défenestration).

Le blast est un phénomène particulier produit par une explosion qui peut projeter les victimes et, très souvent, léser leurs tympans.

Le blast

Également appelé l’effet de souffle, le blast désigne les effets d’une explosion sur les personnes et les bâtiments. Il se distingue en 4 phases à savoir :

  • Le blast primaire qui résulte de l’action de l’onde de souffle. Il englobe les phénomènes pathologiques en relation directe avec la brutale expansion des gaz,
  • Le blast secondaire qui est causé par la projection de débris à grande vitesse, qui crible la victime,
  • Le blast tertiaire qui est dû à la projection de la victime elle-même,
  • Le blast quaternaire définit les lésions associées : brûlures ou stress psychique. 

En même temps, l’air contenu dans les organes creux va être comprimé puis rapidement se détendre, engendrant ainsi des distensions ou ruptures de paroi.

Lorsque la propagation du souffle est aérienne, les organes à contenu gazeux seront atteints (oreille, poumons, viscères abdominaux). 

Souvent rencontré lors des attentats, le blast pulmonaire peut mettre en cause de pronostic vital. La plupart du temps, les symptômes n’apparaissent que quelques heures après l’explosion :

  • Difficultés respiratoires croissantes,
  • Toux sèche, parfois accompagnée de crachats sanglants,
  • Douleurs thoraciques.

Sachez que le blast auriculaire est très fréquent. Si la victime en est atteinte, il faudra la rassurer, la mettre en position semi-assise puis la faire hospitaliser.

Si la propagation s’effectue en milieu liquide, les lésions porteront surtout sur les organes à contenu liquide : cerveau, rate, foie, reins et yeux.

Quand la propagation se déroule en milieu solide (dans une mine par exemple), les lésions vont essentiellement toucher le squelette.

Sur les biens

Une explosion peut causer la destruction ou la déformation des structures, des bâtiments et des mobiliers.

Les projections de matériaux peuvent aussi devenir dangereuses.

Sur l’environnement

Les conséquences d’une explosion sur l’écologie entraînent souvent une destruction ou un arrachement des arbres. Sans compter la détérioration de la flore.

Comment se protéger des effets de l’explosion sans fumées toxiques ?

Si une explosion vient de se passer, la première chose à faire consiste à s’assurer que les aérations de locaux et constructions soient toujours laissées libres.

Par la suite, il faudra :

  • S’allonger au sol,
  • Se protéger des chutes d’objets ou de l’effondrement des structures,
  • Se protéger les oreilles et le visage par les mains ou un écran rigide.

Si l’on est coincé à l’intérieur d’un bâtiment, il faudra rechercher les zones les plus résistantes (murs porteurs). Si l’on est à l’extérieur, il vaut mieux s’allonger près d’un trottoir pour éviter les projections.

Que faire ensuite ?

Dès que possible, pensez à évacuer la zone ayant subi l’onde de choc, puis :

–       Appeler les secours et s’informer sur les mesures de sécurité à suivre,

–       S’éloigner du lieu d’explosion,

–       Respecter ensuite le périmètre de sécurité mis en place par les secours.

L’explosion avec fumées toxiques

Dans cette situation, le phénomène explosif est toujours présent, mais il est suivi d’un nuage contenant des fumées nocives. 

Au même titre que les projections de produits toxiques, ces fumées peuvent contenir des éléments pathogènes engendrant des risques chimiques (brûlures, gelures, voire corrosion).

Les effets d’une explosion avec fumées toxiques

Outre les trois phénomènes causés par une explosion sans fumées nocives (lésions dues à la chaleur, effet de souffle et traumatisme), les fumées peuvent avoir une toxicité particulière.

Sur les hommes

Les fumées chargées de particules toxiques engendrent souvent une intoxication.

Sur les biens

Les projections de produits toxiques peuvent détruire ou contaminer les bâtiments.

Sur l’environnement

On constate généralement une détérioration de la flore et de la faune.

Comment réagir ?

Les consignes sont les mêmes que pour l’explosion sans fumées. 

Cependant, d’autres mesures de protection sont à réaliser :

  • Se protéger le visage par une écharpe ou un mouchoir,
  • Fuir selon un axe perpendiculaire au vent, si le nuage nocif se rapproche, car la concentration de particules est plus importante dans le lit du vent,
  • Trouver un local où se confiner ou rejoindre le bâtiment le plus proche pour s’y réfugier,
  • Ne pas chercher à joindre la famille ou à téléphoner.

En cas d’irritation, il est essentiel de se laver les mains et le visage.

Le confinement

Le confinement ne consiste pas seulement à s’enfermer dans un lieu clos et le plus étanche possible.

Par la suite, il faut sécuriser l’endroit en :

  • Bouchant toutes les entrées d’air (portes, fenêtres, aérations et cheminées) avec du ruban adhésif ou un linge mouillé,
  • Arrêtant la ventilation et l’air conditionné,
  • Évitant toute source d’étincelle, donc évitez absolument de fumer,
  • Ne pas se servir d’appareils ou objets dégageant une odeur forte et désagréable (feutres ou colle).

Que faire ensuite ?

Une fois confiné, il faudra rester à l’abri jusqu’à ce que les secours donnent l’autorisation de sortir.

Lorsque la fin d’alerte est annoncée, aérer le local de confinement, mais protéger les voies aériennes par un voile ou un vêtement.

Des irritations peuvent apparaître suite à l’explosion, mais elles disparaissent généralement après un certain temps. Si elles persistent, il est conseillé de consulter un médecin.

L’attentat à l’explosif

Les attentats à l’explosif ciblent généralement des personnes ou des bâtiments, mais aussi des réseaux de distribution d’énergie.

Ils ont pour effet de détruire la ou les cibles et à cette occasion, les personnes exposées peuvent subir l’effet de souffle, être brûlées ou projetées, voire ensevelies.

Les armes utilisées

Lors d’un attentat à l’explosif, quatre types d’armes sont les plus courantes :

  • Les armes explosives entraînent une déflagration causée par l’onde de choc, qui va occasionner les dégâts,
  • Les armes à fragmentation projettent plusieurs centaines d’éclats d’acier ou de plastique, créant ainsi des dommages dans un rayon important,
  • Les armes incendiaires projettent un produit (type phosphore) lors de l’explosion, engendrant une inflammation spontanée des matières touchées,
  • Les armes explosives additionnées de gaz peuvent paralyser les personnes se trouvant dans le nuage pendant un temps. Parfois, elles engendrent une irritation des voies aériennes, voire asphyxiées.

Les conséquences d’un attentat à l’explosif

D’une manière générale, ce type d’attaque vise à déstabiliser un pays ou un régime ou crée une situation de crise et de désordre public.

Sur les hommes

Les effets ravageurs d’un attentat à l’explosif sur les victimes sont à peu près les mêmes qu’une explosion :

  • Blast ou effet de souffle,
  • Lésions traumatiques plus ou moins graves,
  • Arrachement de membres,
  • Brûlures, intoxications et décès.

Sur les biens

La destruction des ouvrages s’avère souvent inévitable lors de ce type d’attaque : éclatement des vitres, déformation des structures, etc.

Sur l’environnement

En principe, l’attentat de type conventionnel a des effets peu importants. Par contre, l’addition d’agents toxiques ou bactériologiques peut occasionner des conséquences graves sur la faune et la flore.

Comment réagir ?

Comme pour les autres types d’explosion, les consignes à suivre sont :

  • Garder le calme, se coucher au sol,
  • Se protéger des fumées toxiques,
  • Se confiner et protéger les ouvertures.

Enfin, il s’avère tout aussi primordial de respecter les mesures de sécurité prodiguées par les secours (usage de pansement compressif si besoin), surtout pour les victimes blessées ou ensevelies. 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Résultat des votes 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de vote ! C'est le moment

Bastien

Hello, moi c'est Bastien 35 ans et passionné de voyages et de découvertes. Je voyage 6 mois par an et je vous propose de découvrir les meilleurs produits pour votre équipement.

Articles qui peuvent vous intéresser :
Vous avez une question ou une remarque ? laissez-moi un commentaire


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}