De plus en plus utilisé par les randonneurs, les bushcrafteurs et tous les adeptes des activités outdoor, le hamac de survie (ou de bivouac) possède des caractéristiques différentes d’un hamac traditionnel. Si vous souhaitez directement accéder à mon classement des meilleurs hamacs cliquez-ici.

Il doit être résistant, sécher rapidement, être léger et compact pour le transporter facilement dans un sac à dos. Vous devez pouvoir l’installer et l’enlever facilement, et il doit vous protéger.

C’est pourquoi il est généralement en nylon (ou en nylon 210T, toile de parachute), matière solide, légère et aérée, qui sèche rapidement et qui prend peu de place une fois pliée.  

Il existe plusieurs systèmes de fixation pour le suspendre entre deux arbres : des cordes, des cordelettes légères (élingues), ou un ensemble de sangles en nylon et de mousquetons. Si les deux dispositifs sont fiables, le second est considéré plus pratique et de plus en plus privilégié : comme il n’y a pas de nœuds, il s’installe et se défait plus facilement. 

Les hamacs de survie sont généralement vendus avec leurs fixations, mais on peut aussi acheter ces dernières à part.

Un hamac de survie doit vous permettre de vous reposer efficacement (c’est très confortable avec un peu d’habitude). Cela suppose aussi qu’il doit vous protéger de tout ce qui peut troubler votre sommeil.

Comme tout hamac et contrairement à la tente, le hamac de survie isole du sol, des irrégularités, de la boue, de la poussière et de l’humidité. Les arbres vous protègent aussi du vent.

Il est efficace contre la chaleur, d’une part parce qu’il est fait dans une matière qui respire et évite la transpiration, d’autre part parce que l’air circule aussi sous votre corps. Si vous partez dans un pays chaud, vous l’apprécierez infiniment.

Mais ce qui est un avantage pour la chaleur est un inconvénient pour le froid. Vous pouvez cependant  fixer un sac de couchage ou une couverture sous votre hamac (et pas sous votre corps car cela comprime le matériau isolant et le rend moins efficace).

Comme ce n’est pas simple, de nombreux fabricants adaptent leurs produits pour faciliter cet ajout.

Autre désagrément climatique : la pluie, qui peut survenir en toute saison. Là encore, il existe une solution : la bâche (ou tarp) qui protège votre hamac comme un toit, et sa version d’hiver qui vient l’envelopper totalement.

Votre repos peut aussi être perturbé par des animaux volants ou arboricoles, notamment des insectes. Ils sont gênants voire venimeux dans certains pays. Comptez sur les moustiques, les tiques, les fourmis et autres pour vous faire passer des nuits infernales si vous n’êtes pas protégé.

C’est pourquoi le hamac de survie comprend souvent une moustiquaire intégrale, l’alternative étant l’imprégnation de la toile avec un insecticide, la perméthrine. 

Attention toutefois si vous emmenez votre chien et partagez votre hamac avec lui, car cette substance est toxique pour les animaux domestiques. 

Certains modèles avec moustiquaires sont également traités avec ce produit.

Un bon hamac de survie vous protège tout en étant léger et peu encombrant, et vous permet de profiter pleinement de votre aventure et des nuits étoilées.

Comment choisir son hamac de survie

Avant de choisir un modèle, je vous conseille vivement de considérer les critères suivants. Il en va de la qualité de votre expérience, mais aussi de votre sécurité.

La matière du hamac

Comme je l’ai dit, elle doit être solide, durable, aérée, légère et sécher rapidement. Le nylon répond à toutes ces conditions, c’est pourquoi c’est la matière principalement utilisée. Assurez-vous toutefois de choisir un nylon assez épais.

On trouve aussi de la toile et du polyester, mais il s’agit généralement de produits bas de gamme avec une faible capacité de charge, que je vous déconseille.

Selon les modèles elle est comprise entre 80 et 250 kg. Choisissez bien sûr en fonction de votre poids, avec une marge de sécurité pour les vêtements, les bottes, la veste, le matelas, la lampe de poche, etc. 

La plupart des modèles sont conçus pour être suspendus entre deux arbres, mais sachez que certains peuvent avoir un cadre ou un support (zones désertiques), un support unilatéral pour un point d’accroche unique ou encore un coinceur pour les fixer dans une falaise (escalade ou alpinisme).

Pour une fixation classique, plus vous avez de points de fixation, plus vous avez de flexibilité pour installer votre hamac. Les systèmes les plus courants sont des sangles en nylon rapides à installer avec des mousquetons, ou des cordes. Si vous optez pour celles-ci, préférez des élingues (par exemple des cordelettes statiques type TTTM) aux cordes classiques : elles permettent un réglage plus fin et les nœuds sont plus faciles à défaire.

Si vous préférez les sangles, choisissez une largeur minimale de 2 cm pour ne pas abîmer l’arbre. Ne mégotez pas sur la qualité des fixations : choisissez des sangles épaisses, des mousquetons métalliques durables et anticorrosion, et assurez-vous que vous pourrez ajuster l’écart  entre les arbres d’ancrage.

La longueur varie peu d’un modèle à l’autre, mais il faut faire attention au choix de la largeur, comprise entre 1 m (pour les enfants) et 2 m.

Pour une personne, on recommande une largeur de 140 à 160 cm (180 ou 200 cm si vous dormez en diagonale, ce qui donne plus de stabilité).

Sachez que plus votre hamac est large plus il a tendance à se refermer sur vous si vous dormez dans son axe, créant un « cocon » que tout le monde ne trouve pas agréable.

Critère important quand on doit le transporter toute la journée : les poids varient de 300 g à plus d’1 kg et il faut ajouter le système de suspension (entre 250 et 400 g).

Le plus souvent, les hamacs de survie adoptent une forme classique en « banane «. Certains sont rectangulaires pour permettre de dormir en diagonale, et quelques-uns sont asymétriques pour plus de confort.

Fournis avec le hamac ou à part, ils permettent de vous protéger.

Une bâche (Tarp) vous protège de la pluie : elle s’attache au-dessus du hamac, formant un toit. Il existe aussi des bâches d’hiver qui le recouvrent complètement. Une bâche peut aussi avoir d’autres usages : tapis de sol, abri de fortune pendant la journée, etc. Elle doit être légère.

Sur certains modèles, des poches sont prévues sous le hamac pour insérer et maintenir en place un matelas en mousse (ou gonflable) pour isoler du froid. Il existe aussi des sous-couettes qu’on fixe sous le hamac et qui sont efficaces.

Vous pouvez opter pour une moustiquaire intégrale zippée, très efficace et parfois enduite d’insecticide. Certains hamacs sont réversibles (pour dormir avec ou sans).

Pour les modèles dépourvus de moustiquaire, sachez que la toile est souvent traitée avec de la perméthrine (insecticide toxique pour les animaux domestiques). Vous pouvez aussi acheter une moustiquaire à part.

Mon classement des meilleurs hamac de survie (bushcraft)

Je vous recommande chaleureusement ces 3 hamacs de survie, excellents et d’un très bon rapport qualité-prix.

Amazonas Moskito Traveller Thermo

Il s’agit d’un hamac pour une personne en nylon. Il est très léger (650 g tout compris), robuste, et se fixe facilement avec des élingues.

Installé, ses dimensions sont 275 x 140 cm et il supporte jusqu’à 200 kg, mais dans son sac de transport il prend peu de place.

Ce modèle s’appelle « Thermo » en raison de la pochette qui permet d’ajouter un matelas de randonnée sous le hamac.

Il est aussi pourvu d’une moustiquaire intégrale traitée avec un insecticide non toxique pour l’homme.

Le « plus » : on peut le retourner pour dormir sans la moustiquaire.

Amazonas Moskito Traveller Extrême

Ce hamac idéal pour la survie et le bivouac offre un couchage pour une personne de 275 x 140 cm et supporte jusqu’à 200 kg. En nylon robuste, il est pourvu d’une barre d’écartement et il est très léger (500 g avec son sac de transport).

La fixation par élingues est simple, et vous serez tranquille avec la moustiquaire zippée extrêmement fine. Aves 3 petits arceaux sommitaux et ses 3 accroches hautes, elle est spacieuse, mais vous pouvez aussi ne pas l’utiliser. 

Pour encore plus d’efficacité, le corps du hamac et la moustiquaire sont imprégnés d’insecticide.

Hamac Covacure

C’est un hamac en nylon léger (453 g), solide et durable.

La fixation se fait facilement au moyen de mousquetons et de 2 sangles robustes et polyvalentes, avec de nombreux points d’accroche pour des environnements variés. 

Quand il est déplié, vous avez un couchage de 240 x 120 cm (une personne) et il supporte jusqu’à 200 kg.

Dans son sac de transport il est compact et peu encombrant.

Vous dormirez tranquille grâce à la moustiquaire intégrale zippée sur toute sa longueur. 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Résultat des votes 5 / 5. Nombre de votes : 2

Pas encore de vote ! C'est le moment

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici