Appelé aussi couteau éjectable, le couteau automatique est un couteau pliable intégrant un mécanisme qui permet à la lame de sortir du manche en restant verrouillée et bien droite dans son axe. Le système de fermeture peut être manuel ou automatique.

Pratique, léger et peu encombrant, ce type de couteau est très utilisé en extérieur (jardin, pêche, chasse, camping, randonnée, bushcraft, survie, etc.). Vous pouvez l’emporter partout, dans une poche ou accroché dessus à l’aide du clip inclus. Pour accéder directement au classement des meilleurs couteaux automatiques, cliquez-ici.

Un moment délaissé car jugé dangereux, le couteau automatique s’est beaucoup amélioré, notamment en se dotant de systèmes d’ouverture et de verrouillage plus sûrs, qui évitent toute ouverture ou fermeture accidentelle pouvant occasionner des blessures. 

Du coup, mais aussi grace à de nouveaux styles, matériaux et caractéristiques très variés, il est revenu au goût du jour. Qu’il s’agisse de le collectionner ou de l’utiliser, il a à nouveau de nombreux adeptes. 

On trouve une multitude de modèles différents. Par exemple, il existe plusieurs mécanismes d’ouverture, les plus courants étant par pression sur un bouton ou sur un poussoir situé sur le côté ou le dessus du manche. 

Ces mécanismes sont sécurisés : le bouton ne dépasse pas du manche, et il faut appuyer dessus volontairement pour faire sortir la lame. Quant au poussoir (style OTF), il faut le pousser sur toute sa longueur et il est assez ferme pour éviter une ouverture intempestive. 

Tous les couteaux automatiques de qualité possèdent aussi un système de verrouillage, qui peut varier selon les modèles mais qui est robuste et fiable. Je vous déconseille fortement les couteaux qui ne seraient pas dotés de cette sécurité.

Très courants, les couteaux automatiques à bouton latéral se referment généralement en repliant manuellement la lame, mais certains se referment automatiquement, comme les OTF (On The Front).

Comme leur nom l’indique, la lame sort et entre à la verticale, en actionnant un poussoir situé sur le dessus du manche. On le pousse vers l’avant pour faire sortir la lame, et vers l’arrière pour la faire rentrer.

Ce type particulier de couteau a ses adeptes et ses détracteurs. Ces derniers trouvent qu’il a un peu de jeu (c’est inévitable), que la lame est étroite avec un tranchant peu fin, et qu’il est très difficile d’extirper les saletés qui pénètrent dans la fente.  

Il faut cependant reconnaître qu’un couteau OTF de qualité est bien sécurisé : le poussoir peut difficilement être actionné accidentellement, et même dans ce cas, la lame se désengage immédiatement du ressort et ne transperce pas.

Vous trouverez aussi des modèles à lame lisse, dentelée ou semi-dentelée, et avec des pointes de formes différentes. La matière et la forme du manche peuvent aussi être très variées. Le choix dépendra de vos goûts mais aussi de votre usage.

Avant d’acquérir un couteau automatique, je vous conseille vivement de vous informer sur la législation, qui interdit certains couteaux. En France, vous ne pouvez pas porter un couteau sur la voie publique (considéré comme une arme blanche de catégorie D), même s’il est doté d’une petite lame et d’un système de verrouillage.

Si vous souhaitez l’emmener dans vos bagages en cabine, sachez qu’en France c’est possible s’il satisfait à plusieurs critères (longueur de la lame, couteau à 1 ou 2 mains, etc.), mais la loi peut varier selon les pays. Renseignez-vous si vous devez partir à l’étranger avec votre couteau automatique.

Comment choisir son couteau automatique ?

Pour être sûr d’acquérir un modèle qui correspond à votre usage et qui offre un degré de qualité et de sécurité satisfaisants, je vous invite à considérer auparavant un certain nombre de critères.

L’acier

Il doit être robuste, résistant à la corrosion, avec un tranchant durable et facile à aiguiser. Selon l’usage que vous faites de votre couteau (EDC, chasse, survie,…), vous pouvez choisir un acier avec une teneur plus ou moins importante en carbone/chrome, ce qui jouera sur une ou plusieurs de ses qualités. 

Ainsi, les aciers de type AUS, 400, D2 ou CPM-S30V sont parmi les plus populaires (l’acier de Damas étant plutôt destiné aujourd’hui aux couteaux de cuisine ou de collection). L’inox est également très apprécié pour sa durabilité et son efficacité.

Un couteau automatique peut avoir une lame lisse, dentelée ou semi-dentelée. Une lame lisse sera parfaite pour des coupes nettes (nourriture, herbes…), alors qu’une lame dentelée conviendra mieux pour couper/scier avec moins d’efforts des matériaux durs (bois, cuir…). Une lame semi-dentelée peut s’avérer polyvalente si les dentelures sont bien positionnées, ce qui n’est pas toujours le cas.

Il faut aussi prendre en compte l’affûtage : une lame lisse sera toujours plus facile à aiguiser qu’une lame dentelée ou semi-dentelée, qui nécessitera des outils professionnels, voire un affûtage en usine. 

La taille de la lame dépend aussi de son usage. Pour les gros travaux, je vous conseille une lame moyenne (jusqu’à 10 cm) ou grande (plus de 10 cm), qui vous fera gagner du temps.

En revanche, pour des travaux de précision comme du perçage sur de petites pièces, une petite lame (jusqu’à 7 cm) conviendra très bien.

Faites attention à la législation : selon la taille de la lame, il peut être obligatoire de déclarer votre couteau.

Je vous recommande une lame constituée d’une seule pièce d’acier (full tang), très robuste, et d’une largeur et épaisseur moyennes pour plus de polyvalence. 

Il existe plusieurs types de pointe, comme la bourbonnaise pour creuser ou sculpter le bois, la pointe centrée parfaite pour trancher et percer, la drop-point, etc. Pour préserver la lame, faites votre choix en fonction de votre usage plutôt que sur des critères esthétiques.

Il peut subir beaucoup de pression et se doit d’être robuste, mais aussi confortable afin d’assurer une bonne prise en main, y compris avec des gants. Au-delà de l’esthétique, sa forme, sa matière et sa taille sont en lien avec son ergonomie.

De multiples matériaux naturels ou synthétiques sont utilisés pour le manche. Parmi les plus courants, on a l’aluminium, durable et léger, l’inox, solide mais assez lourd, le bois (traité), élégant mais glissant en présence d’humidité, le Kraton (caoutchouc) antidérapant, ou encore le G10 (nylon et fibre de verre) et le Zytel (thermoplastique), très robustes et légers.

La taille du manche peut être variable, l’essentiel étant que vous l’ayez bien en main et qu’elle réponde à vos besoins. Pour de gros travaux, un manche long peut être utile, alors que pour des tâches de précision un petit couteau peut être plus adéquat.

Assurez-vous que votre couteau possède un mécanisme d’ouverture fiable et pas trop souple (un enfant, par exemple, ne doit pas pouvoir l’ouvrir facilement), ainsi qu’un système de verrouillage solide, afin d’éviter tout accident.

Classement des meilleurs couteaux automatiques

Voici les couteaux automatiques que je préfère : pratiques et bien conçus, ils ne vous décevront pas.

Herbertz 580610

D’une longueur totale de 19,5 cm pour un poids de 150 g, ce beau couteau au design sobre et élégant possède un manche robuste de 11,5 cm avec des plaquettes en G10.

Sa lame de 8 cm à pointe clip-point est en acier 440 solide et résistant à la corrosion.

Il est bien sécurisé : l’ouverture se fait par pression sur un  bouton latéral qui ne dépasse pas de la surface du manche. Il faut appuyer dessus intentionnellement pour l’ouvrir, cela évite une ouverture intempestive dans votre poche par exemple.   

La lame est bien sûr verrouillée une fois sortie. Pour la refermer, il faut appuyer à nouveau sur le bouton et la replier dans le manche.

Il est pourvu d’un clip de poche en inox, pratique pour l’emporter partout et l’avoir toujours à portée de main, et il est livré avec un solide étui en nylon à bouton pression et un coffret de rangement en plastique ABS.

Ganzo G7211-BK

Ce couteau de 20 cm et 135 g aux lignes épurées possède une lame en acier 440 C de 8,5 cm bien centrée, qui offre un bon tranchant, avec une pointe drop-point assez polyvalente.

Pour l’ouvrir, appuyez sur le bouton latéral sécurisé (il ne dépasse pas du manche, ce qui évite les appuis accidentels), et pour le fermer faites de même pour le déverrouiller puis repliez la lame.

Son manche constitué de plaquettes en G10 texturées assure une bonne prise en main sans glisser.

Il est muni d’un clip souple pour poche ou ceinture avec une excellente rétention : pas de risque de perdre votre couteau.

Kershaw 7500 BLK

Ce modèle doté d’une petite lame (4,8 cm) en acier CPM-154 et à pointe spear-point est parfait pour les petits travaux et le perçage.

Pour l’ouvrir, appuyez sur le bouton latéral. Pour votre sécurité, ce bouton est petit et sans relief, et il faut vraiment appuyer dessus pour faire sortir la lame ou pour la replier.

Son manche mesure 8,1 cm, et il est en aluminium 6061-T6 anodisé. Sa forme ergonomique garantit une prise en main sûre et confortable.

Il est muni d’un clip pour l’accrocher à votre poche sans risque de le perdre.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Résultat des votes 4.9 / 5. Nombre de votes : 36

Pas encore de vote ! C'est le moment

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici