Si vous avez pratiqué une activité outdoor en altitude ou dans des endroits froids et que vous avez déjà passé une nuit à grelotter dans un refuge ou sur un bivouac, vous savez que c’est avant tout un sac de couchage (et une bonne isolation vis à vis du sol) qui vous protège efficacement contre le froid et l’humidité, pour que vous puissiez vous reposer et récupérer. Si vous voulez directement passer à mon classement des meilleurs sacs de couchage cliquez-ici.

Un alpiniste qui fait l’ascension de l’Everest et un randonneur qui se trouve en moyenne montagne n’auront pas la même définition de ce que doit être un bon sac de couchage. Le bon, c’est celui qui convient le mieux à votre activité et aux conditions climatiques dans lesquelles vous vous trouvez.

Il existe plusieurs types de sacs de couchage, chacun étant adapté à des températures extérieures différentes. On les classe en 3 catégories : 2 saisons, 3 saisons et 4 saisons. Certains sont garnis de duvet d’oie ou de canard, d’autres de matières synthétiques, d’autres encore des deux à la fois.

Leur pouvoir isolant et leur volume va impacter leur encombrement et surtout leur poids : les plus chauds sont généralement les plus lourds. 

Pour réduire le volume des sacs de couchage, les fabricants les livrent souvent avec un sac de compression.

L’essentiel étant d’être au chaud, s’équiper d’un bon sac de couchage signifie donc tenir compte de facteurs comme (entre autres) la saison, l’altitude, et les conditions dans lesquelles vous allez dormir : sur un bivouac, dans un refuge, dans une auberge de jeunesse, sous une tente, à la belle étoile ?

Comment choisir son duvet/sac de couchage ?

Avant de se lancer dans l’achat d’un sac de couchage, et pour choisir celui qui vous convient le mieux,  il convient de prendre en compte plusieurs critères. 

La température de confort

C’est le critère qui vous garantira de passer la nuit au chaud.

Depuis environ 10 ans la norme EN 13537 donne 3 températures pour les sacs de couchage : 

• La température de confort (vous dormez dans une posture détendue sans avoir froid)

• La température limite de confort (la limite pour dormir en position fœtale sans avoir froid)

• La température extrême (température extérieure limite pour ne pas risquer l’hypothermie)

Par exemple : confort -4° C/limite -11° C/extrême -30° C

Pour la moyenne montagne, je conseillerais une température de confort de +2 à -2 /-4° C (3 saisons). 

Pour un séjour hivernal en montagne, je conseillerais -5°/-6° C si vous dormez dans un refuge, et -10°/-15° voire -20° C pour un bivouac.

À l’étranger, par exemple au Népal, le choix dépendra des conditions d’hébergement : je préconise -4°/-7° C pour un hébergement en dur, et -10°/-20° voire -40° C sous tente.

Ceci dit, les températures indiquées par les fabricants doivent être prises avec des pincettes.

D’abord, elles sont définies au cours des tests par des capteurs qui ne tiennent pas compte de la sensibilité humaine. En effet, la sensation de froid dépend aussi de chacun (on est frileux ou pas), de la fatigue, de la présence d’humidité ou de vent, etc. 

Ensuite, ces tests sont réalisés par différents laboratoires qui n’ont pas tous la même exigence. Les sacs de couchage se révèlent souvent moins chauds qu’annoncé, et vous devez en tenir compte.

Enfin, je vous conseille de choisir une température de confort qui conviendra pour plusieurs utilisations : n’achetez pas un sac de couchage très chaud (et très cher) pour une seule sortie en altitude contre des dizaines en moyenne montagne. Le mieux sera un modèle ni trop chaud ni trop léger, que vous pourrez éventuellement rendre plus chaud en y insérant un sac à viande ou une couche de vêtements.

Si vous pratiquez régulièrement les 2 types de sortie, autant acheter 2 sacs car le cahier des charges est trop différent et vous n’arriverez pas à trouver le juste milieu.

Par rapport au duvet, le synthétique est moins cher, plus facile à nettoyer, plus isolant, plus résistant à l’humidité et plus robuste, c’est pourquoi les militaires et les survivalistes le préfèrent. Son inconvénient, c’est qu’il perd de la chaleur avec le temps. qui vous garantira de passer la nuit au chaud.

Le duvet est plus chaud, plus gonflant, plus compact une fois compressé et plus léger, mais il est plus fragile, il absorbe l’humidité, il ne se lave pas facilement et craint les déchirures.

Si vous optez pour du duvet, choisissez un gonflant d’au moins 600 cuin (cubic inches).

Certains modèles sont garnis d’un mélange de duvet et de matière synthétique.

On trouve principalement les formes sarcophage et couverture (rectangulaire). Les sarcophages ont une coupe près du corps et une capuche. À poids égal, ils sont plus chauds que les rectangulaires. Ces derniers offrent plus d’espace et de confort, mais ils contiennent beaucoup d’air, n’ont pas toujours de capuche et sont plus lourds et plus encombrants. 

Il existe d’autres formes, qui font gagner du poids : par exemple les quilts, plus proches d’une couette, sans zip ni capuche mais avec des sangles pour empêcher la chaleur de sortir, ou les pieds d’éléphant (utilisés surtout par les alpinistes), qui couvrent des pieds au bassin et sont portés avec un anorak.

Il y a généralement plusieurs tailles par modèle. Vous devez pouvoir vous retourner dans votre sac, sans qu’il y ait cependant trop d’air.

Attention, car les tailles standard peuvent varier selon les marques.

Le sac de couchage représente 5 à 10% du poids du sac à dos, ce qui compte. Le poids varie entre moins de 500 g à plus de 2 kilos selon les modèles. 

Le duvet représente généralement le meilleur rapport poids/chaleur mais il est lourd. On trouve cependant des modèles ultra-légers avec un excellent rapport, mais dans le très haut de gamme.

Attention, les fabricants annoncent parfois des poids plus légers qu’en réalité (tests en conditions idéales ou prise en compte de la plus petite taille du modèle).

Pour l’encombrement dans le sac à dos, vérifiez le volume du sac une fois compressé.

Les sarcophages sont généralement munis d’un lien de serrage pour ajuster la capuche et conserver un maximum de chaleur.

Les modèles les plus chauds possèdent des collerettes ou des bourrelets au niveau du torse ou des épaules pour une meilleure isolation.

La plupart des sacs de couchages sont équipés de zips latéraux qui peuvent être longs ou courts. Les zips longs rajoutent du poids et laissent passer plus d’air froid, mais les courts empêchent une bonne ventilation du sac. 

De nombreux modèles ont également des rabats au-dessus et au-dessous du zip pour éviter les déperditions de chaleur et les infiltrations d’air froid. Certains ont un double zip qui permet de réunir 2 sacs de couchage.

On trouve aussi des sacs sans zip ou avec un zip central, pratique quand on se retourne souvent.

Les sarcophages sont généralement munis d’un lien de serrage pour ajuster la capuche et conserver un maximum de chaleur.

Les modèles les plus chauds possèdent des collerettes ou des bourrelets au niveau du torse ou des épaules pour une meilleure isolation.

La plupart des sacs de couchages sont équipés de zips latéraux qui peuvent être longs ou courts. Les zips longs rajoutent du poids et laissent passer plus d’air froid, mais les courts empêchent une bonne ventilation du sac. 

De nombreux modèles ont également des rabats au-dessus et au-dessous du zip pour éviter les déperditions de chaleur et les infiltrations d’air froid. Certains ont un double zip qui permet de réunir 2 sacs de couchage.

On trouve aussi des sacs sans zip ou avec un zip central, pratique quand on se retourne souvent.

Assurez-vous de son épaisseur, de sa robustesse et de son imperméabilité si vous comptez dormir à la belle étoile.

Mon classement des meilleurs sacs de couchage

Je vous propose mon top 4 des sacs de couchage en termes de qualité et de performances. Cette sélection s’inspire comme d’habitude de mon expérience personnelle.

Nordisk Celsius -10°

C’est un sac de couchage sarcophage en duvet d’oie hautement compressible de 700 cuin, à la fois léger et bien chaud (confort à -4° C,  limite à -10°C, extrême à -30° C), qui conviendra pour plusieurs utilisations.

Il est très confortable : le tissu intérieur en nylon 30D est doux, ses dimensions (195 x 82 cm) permettent de s’y sentir à l’aise, avec une large section d’épaule pour se retourner facilement.

La chaleur est bien conservée, grâce au duvet mais aussi à la collerette et à la capuche ajustable qui évite les déperditions et garde la tête bien au chaud.

Vous le fermez au moyen d’un zip sur toute sa longueur, et le petit « plus » : la pochette intérieure pour ranger votre mobile ou des objets de valeur. 

Si vous dormez à la belle étoile, sachez que le tissu extérieur en polyester robuste est déperlant : il résistera à des pluies fines et moyennes.

Ce sac de couchage existe en 3 tailles et pèse 1,23 kilo. Ça peut paraître beaucoup, mais quel confort !

Nordisk Selma 0° C

Il s’agit d’un sac de couchage rectangulaire assez polyvalent, puisqu’on peut l’ouvrir complètement pour l’utiliser comme une couette et qu’il a une capuche amovible. On peut bien bouger à l’intérieur.

Il convient pour des températures de +4° C (confort) à -17° C (extrême), la température limite étant de 0° C. Garni de duvet de canard avec un gonflant de 600 cuin et construit en cloisonnement H-Box, il est très isolant.

Pour éviter les infiltrations d’air froid, il y a un rabat sur toute la longueur du zip et un bourrelet au niveau des épaules. S’il fait un peu chaud, vous pouvez l’ouvrir au niveau des pieds.

L’intérieur est en coton doux et confortable, et l’extérieur en polyester ripstop 30D est très solide.

C’est un des modèles les plus populaires de la marque, de dimensions 205 x 78 cm pour un poids de 1,43 kg. Il est livré avec un sac de compression étanche.

Sea to Summit sac de couchage mixte

De forme sarcophage rectangulaire aux pieds (183 cm de long), il a un garnissage mixte polyester (20%) et duvet de canard (80%) qui permet de le laver en machine. Le duvet est traité pour résister à l’humidité et son gonflant est de 650 cuin.

Il se trouve dans la catégorie 3 saisons (température de confort -1° C) et il est parfait pour des randonnées estivales en haute montagne (ou en hiver en refuge) et des balades à l’intersaison.

 Il offre à la fois une bonne isolation et un bon confort. La capuche est ajustable, le zip long permet de le jumeler à un autre sac de couchage, et on peut l’ouvrir au niveau des pieds si on a un peu chaud.

L’intérieur en polyamide est agréable et permet une bonne ventilation.

L’extérieur en Permashell 2D est déperlant et aéré, et on y trouve une pochette pour le mobile ou des écouteurs.

Il est assez léger (980 g) et peu encombrant une fois compressé (6 l). Il est livré avec un sac de compression.

Bessport, température extrême -10° C

C’est aussi un sac de couchage sarcophage de catégorie 3-4 saisons, dont le garnissage en coton (rembourré par endroits) offre une bonne isolation et du confort. On peut le laver à froid en machine.

De dimensions 2,10 (avec capuche) x 85 cm et avec de bonnes sections en haut et en bas (80 et 42 cm), on peut bouger facilement à l’intérieur.

Pour conserver la chaleur, la capuche est ajustable, il y a une collerette serrée par Velcro et un autre Velcro passe sur le double zip long (en haut du sac) pour éviter une ouverture intempestive. L’intérieur en taffetas de polyester se réchauffe vite.

Si vous avez chaud, vous pouvez l’ouvrir au niveau des pieds.

Le revêtement extérieur en polyester est imperméable et résistant aux déchirures. Vous avez aussi une pochette de rangement.

C’est un sac assez lourd (1,62 kg) mais peu encombrant une fois compressé (37 x 28 x 20 cm). Le sac de compression est fourni.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Résultat des votes 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de vote ! C'est le moment

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici